Historique

1972 : Un groupe de jeunes Haïtiens présente un projet d’été au Centre d’emploi du Canada. Une modeste subvention leur est accordée afin d’offrir des services d’accueil, d’accompagnement, d’interprétation et d’aide à l’établissement destinée à une population haïtienne fraîchement débarquée à Montréal. Ces jeunes visionnaires s’installent dans un petit bureau du YMCA de l’avenue du Parc d’où ils donnent naissance à la Maison d’Haïti. L’année suivante Charles Dehoux, Nirva Casséus et Pierre Normil deviennent les trois signataires de la corporation que nous connaissons désormais sous le nom de Maison d'Haïti.

1983 : le quartier Saint-Michel devient son port d’attache, une forte population d’origine haïtienne ayant choisi de s’y installer. Ce quartier poussiéreux, sillonné par les incessants va et vient des camions à ordures de Montréal, se transformera peu à peu grâce à l’implication des nombreuses familles et au travail des organisations communautaires qui s’y installent. Finalement, un grand chantier de revitalisation auquel la Maison d'Haïti participe activement changera pour de bon son avenir. Aujourd’hui, l’organisme accueille des familles originaires de tous les coins de la planète venues chercher asile et avenir dans ce quartier blessé, éventré, qui les accueille cependant avec générosité.

Parmi les personnes qui ont marqué la Maison d'Haïti en l’empreignant des valeurs de démocratie, de solidarité, d’ouverture et de partage qu’elle a fait siennes, il nous faut mentionner Ernst Gresseau, Max Chancy et Adeline Magloire Chancy. Accompagnés d’une équipe de jeunes militants tout aussi allumés, ils ont littéralement forgé l’ADN de l’organisme dont seront porteuses, espérons-le, les générations futures. Célitard Toussaint, qui en fut la directrice durant plus de trente ans et Marjorie Villefranche, directrice des programmes pendant presque aussi longtemps et maintenant directrice générale, ont su maintenir le cap et mener la Maison d'Haïti à bon port contre vents et marées.